Réponse à la PCSPEN

Publié le 29 août 2018

Des linguistes répondent à la Présidente du Conseil Supérieur des Programmes : on ne construit pas une éducation sur l’ignorance et le dogmatisme

 

La Présidente du Conseil Supérieur des Programmes de l’éducation Nationale, récemment nommée par l’actuel ministre Jean-Michel Blanquer, a donné le 30 juin 2018 une interview à l’hebdomadaire Le Point, disponible en ligne, dont le titre, extrait de ses propos, est significatif : Programmes : « Je ne pense pas que la grammaire soit négociable ».

Voici donc son credo : « la grammaire n’est pas négociable ». Cette affirmation institue un dogme, dépourvu de tout fondement, qui ne relève donc pas de connaissances ni même d’une réflexion ou d’une méthode scientifique, puisque ça ne se discute pas. D’ailleurs, ajoute-t-elle, « Le prédicat n’était qu’un symptôme, celui de la confusion de la linguistique et de la grammaire. Nous avons souhaité parler simplement de ‘’grammaire’’ et restituer au mot son sens : la grammaire n’est pas l’observation réfléchie de la langue, mais sa structure même ». Pour la présidente du CSP, le sens du mot « grammaire » se réduit à celui de prescription normative. Elle ignore ou refuse qu’il désigne aussi non un outil d’analyse, traditionnel ou scientifique, tel qu’on l’a pourtant utilisé depuis des siècles à l’école (l’analyse dite « grammaticale » ou « logique »). Elle ignore et surtout refuse que la grammaire soit l’organisation syntaxique et morphologique effective d’une langue dans ses usages et ses variations, et pas uniquement celle de la variété normative, et que cette organisation grammaticale soit décrite scientifiquement et objectivement par les… sciences du langage, discipline solide d’enseignement supérieur et de recherche scientifique. La présidente du CSP ignore aussi, manifestement, l’histoire de la notion et la notion même de « prédicat », pourtant traditionnelle en grammaire française. Il lui suffirait pourtant d’ouvrir un bon dictionnaire ou d’interroger des linguistes, notamment celles et ceux spécialistes d’enseignement du français, dont on se demande à quoi ils et elles servent, de son point de vue, et, du coup, pourquoi le service public en recrute depuis plus d’un siècle dans les universités, les ESPÉ et au CNRS… On n’est pas étonné que la vice-présidente du CSP, Sylvie Plane, professeure de sciences du langage à la Sorbonne, ait démissionné dès l’arrivée à la présidence du CSP de Souâd Ayada au vu des orientations données par le ministre de l’éducation Nationale pour l’enseignement du français. Elle s’en est expliqué(e) publiquement, dénonçant les positions de la présidente du CSP [1].

Selon elle, les élèves n’ont donc pas à apprendre à réfléchir sur la langue ni les enseignant·e·s à avoir des connaissances scientifiques sur leur objet d’enseignement et encore moins une terminologie rigoureuse : « les élèves apprennent la grammaire pour bien écrire, bien parler et bien utiliser la langue. Ce ne sont pas des ‘’observateurs’’ de la langue, contrairement à ce que laissent croire les programmes actuels. Ce sont des ‘’usagers’’ de la langue, non des linguistes ! Tout comme les professeurs des écoles ne sont pas des théoriciens de la langue… Nous sommes revenus à une grammaire de phrase ‘’classique’’ – au sens de ce qui doit s’enseigner dans les classes ». L’observation dite réfléchie de la langue, présente dans les programmes français depuis de nombreuses décennies, est pourtant traditionnelle mais la présidente du CSP l’ignore sans doute aussi. Cela dit, les sciences du langage, jadis appelées linguistique, ont hélas été trop peu prises en compte par l’éducation nationale. Le socle de l’enseignement du français reste une grammaire traditionnelle préscientifique un peu améliorée. Mais, pour la présidente du CSP, c’est en déjà trop : à l’école, on n’est pas là pour apprendre à observer, à réfléchir, à analyser : on est là pour appliquer, sans comprendre ni réfléchir.

S’ensuivent plusieurs paragraphes où la présidente du CSP enchaine les poncifs, lieux communs, rumeurs tous aussi inexacts les uns que les autres mais utiles pour manipuler l’opinion[2] relevant de cette pseudo-sociolinguistique de comptoir si fréquente dans le discours nationaliste français : « Nivellement de la langue, langage SMS, la destruction de la langue qui est en marche, la sauvegarde de notre langue… ». Au point que, persuadée qu’il y a une variété de français supérieure aux autres, elle croit retourner l’analyse sociopolitique du problème en considérant que tenir compte des changements linguistiques et de l’oral c’est du « mépris de classe » pour les enfants des milieux populaires qu’on priverait ainsi de l’accès à la langue supérieure des classes supérieures.

La présidente du CSP, déjà plusieurs fois prise en flagrant délit de méconnaissance des programmes[3] et vivement contestée[4], reconnait d’ailleurs sans aucune gêne son ignorance de ce dont elle parle ici : elle déclare carrément ne pas savoir ce que signifient des termes comme « prédicat, verbalisation des inférences, enchainements interphrastiques ». Mais elle prend position tout de même. Ignorance rime avec arrogance. Son refus des connaissances scientifiques est confirmé par cette prise de position : « Mon prédécesseur[5] estimait qu’il fallait introduire dans l’enseignement ce qui relève de la recherche (…) Moi, je crois que l’enseignement scolaire doit rester scolaire ». Elle préfère s’appuyer sur « le bon sens » (dit-elle) que sur des connaissances méthodiques et rigoureuses. Nous voici revenus à une école moyenâgeuse, où l’on répète des croyances qu’on pense « de bon sens » sur la langue, comme si, en Sciences de la Vie et de la Terre, on enseignait que la Terre est plate et que le soleil tourne autour ou que l’air et les aliments se mélangent dans le cœur et circulent par les artères.

On n’imaginerait pas que l’enseignement de la géographie, de la physique, de la biologie ou de l’astronomie en soit resté à Ptolémée ou à des mythes religieux. Si on refusait l’enseignement de connaissances astronomiques postérieures à Galilée et Copernic, de connaissances paléontologiques postérieures à Darwin ou Coppens, ou de connaissances physiques postérieures à Newton et Einstein, on crierait au scandale de l’obscurantisme sectaire. Personne n’imagine de remplacer le vocabulaire spécialisé de la géologie ou de la géométrie par des mots ordinaires et leurs méthodes par une simple reproduction de croyances anciennes. Mais la langue française (comme l’Histoire, dont la même présidente du CSP veut faire l’apprentissage d’un roman national) est une religion d’État : on la traite non pas d’un point de vue scientifique et éducatif mais d’un point de vue irrationnel et dogmatique. On érige l’ignorance, la superstition et la soumission en principes de pilotage des programmes éducatifs, ce qui est contraire aux finalités officielles de l’éducation en France. On coupe l’enseignement primaire et secondaire de l’enseignement supérieur, ce qui pose d’ailleurs un problème grave de formation des enseignant·e·s : formé·e·s à l’université, sur des contenus et méthodes scientifiques, ils et elles devraient ensuite apprendre aux élèves, à nos enfants, à gober et imiter sans réfléchir, y compris des âneries.

 

C’est tout simplement, totalement, affligeant, scandaleux et dangereux. La fonction de présidence du CSP demande des compétences, des connaissances et une capacité d’information sérieuse dont cette interview révèle une absence inquiétante.

 

 

Liste des associations et sociétés savantes signataires :

 

  • Association Internationale pour la Recherche en Didactique du Français (AIRDF), section française et section internationale
  • Association Française pour l’Enseignement du Français (AFEF)

 

 

Liste des linguistes signataires :

 

  1. Agnès Perrin-Doucey, Maitre de Conférences en langue et littérature françaises, Université de Montpellier
  2. Andrée Tabouret-Keller, Professeure émérite de sciences du langage, université de Strasbourg
  3. Anne Sardier, Formatrice Lettres, ESPé Clermont-Auvergne / Université de Clermont-Ferrand
  4. Anne-Sophie Calinon, Maitre de Conférences de sciences du langage, université de Franche-Comté
  5. Annette Schmehl-Postaï, Maitre de Conférences de Sciences du Langage, Université de Nantes – ESPÉ de Nantes
  6. Bernadette Kervyn, Maitre de conférences en sciences du langage, ESPé d’Aquitaine / université de Bordeaux
  7. Brigitte Louichon, Professeure de langue et littérature françaises, Faculté d’éducation, université de Montpellier
  8. Catherine Brissaud, Professeure de sciences du langage, ESPé de l’académie de Grenoble / université Grenoble Alpes
  9. Christel Troncy, Maitre de Conférences de sciences du langage, université de Rouen
  10. Christiane Morinet, Professeure agrégée, université Paris 3
  11. Christine Helot, Professeure, didactique des langues, université de Strasbourg
  12. Claudine Garcia-Debanc, Professeure de sciences du langage, ESPé Midi-Pyrénées / université Toulouse 2
  13. Daniel Coste, Professeur émérite de sciences du langage, ENS LSH de Lyon
  14. Didier COLIN, Maitre de conférences en sciences du langage, ESpé de Créteil / université Paris-Est Créteil
  15. Fabienne Leconte, Professeure de sciences du langage, université de Rouen
  16. Florence Mauroux, Formatrice Français, ESPÉ Midi Pyrénées / Université Toulouse Jean Jaurès
  17. François Le Goff, Maitre de conférences HDR en Langue et littérature françaises, ESPé Midi-Pyrénées / université Toulouse 2
  18. Françoise Gadet, Professeure de sciences du langage, université Paris Ouest Nanterre La Défense
  19. Gilles Forlot, Professeure de sciences du langage, INALCO, Paris
  20. Grégory Miras, Maitre de Conférences de sciences du langage, université de Rouen
  21. Jacques DAVID, Professeur de sciences du langage, ESPé de l’académie de Versailles / Université de Cergy-Pontoise
  22. Karine Bonal, Maitre de Conférences de sciences du langage, ESPé Midi-Pyrénées / université Toulouse 2
  23. Luc Biichlé, Maitre de Conférences de sciences du langage, université d’Avignon
  24. Luca Greco, Professeure de sciences du langage, université de Lorraine
  25. Maïté Eugène, Professeure agrégée, faculté d’éducation, université de Montpellier
  26. Manuel Pérez, Professeur, didactique des langues, ESPé Midi-Pyrénées / université Toulouse 2
  27. Maria Candea, Professeure de sciences du langage, université Paris 3 Sorbonne Nouvelle
  28. Marie-Cécile Guernier, Maitre de conférences HDR en sciences du langage, POLYTECH Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1
  29. Marie-Claude Penloup, Professeure de sciences du langage, Université de Rouen
  30. Marie-Noëlle Roubaud, Maitre de conférences HDR en sciences du langage, université d’Aix-Marseille
  31. Martine Jaubert, Professeure de sciences du langage, ESPé d’Aquitaine / université de Bordeaux
  32. Maryse Rebiere, Maitre de conférences en sciences du langage, université de Bordeaux
  33. Médéric Gasquet-Cyrus, Maitre de Conférences de sciences du langage, université d’Aix-Marseille
  34. Muriel Coret, Maitre de conférences en sciences du langage, ESPé / université de Poitiers
  35. Nathalie Charvy, Maitre de conférences en sciences du langage, ESPé / université Bourgogne-Franche Comté
  36. Nathalie Salagnac, Maitre de conférences en sciences du langage, ESPé de Lille / université de Lille Nord de France
  37. Nicole Biagioli, Professeure de langue et littérature françaises, Université de Nice
  38. Nicole Biagioli, Professeure de sciences du langage, université de Nice
  39. Patrice Gourdet, Maitre de conférences en sciences du langage, ESPé / Université de Cergy Pontoise
  40. Philippe Blanchet, Professeur de sciences du langage, université Rennes 2
  41. Pierre Moinard, Professeur agrégé de Lettres, ESPÉ de l’académie de Versailles / Université de Cergy-Pontoise
  42. Pierre Sève, Maitre de Conférences en sciences du langage, ESPé Clermont-Auvergne / Université de Clermont-Ferrand
  43. Sandrine Bazile, Maitre de conférences en Langue et littérature françaises, université de Montpellier
  44. Sébastien Quenot, Maitre de Conférences de sciences du langage, université de Corse
  45. Solveig Lepoire-Duc, Maitre de conférences en sciences du langage, ESPé / université Lyon 1
  46. Sonia Castagnet-Caignec, Formatrice français ESPÉ / université de Caen
  47. Stéphanie Clerc Conan, Maitre de Conférences de sciences du langage, université Rennes 2
  48. Stéphanie Genre, Chercheure associée, Faculté d’éducation, université de Montpellier
  49. Stéphanie Volteau, Maitre de conférences en sciences du langage, ESPé / université de Poitiers
  50. Sylvie PLANE, Professeur émérite de Sciences du langage, Sorbonne Université
  51. Sylvie Wharton, Professeure de sciences du langage, université d’Aix-Marseille
  52. Véronique Boiron, Maitre de conférences en sciences du langage, ESPÉ d’Aquitaine / université de Bordeaux
  53. Véronique Bourhis, Maitre de Conférences de sciences du langage, ESPÉ de l’académie de Versailles / Université Cergy Pontoise
  54. Véronique Larrivé, Professeure agrégée de Lettres, Formatrice, ESPé Midi-Pyrénées / université Toulouse 2
  55. Véronique Miguel-Addisu, Maitre de Conférences de sciences du langage, université de Rouen
  56. Véronique Paolacci, Maitre de Conférences de sciences du langage, ESPé Midi-Pyrénées / université Toulouse 2
  57. Vincent Massart, Formateur, ESPé / université Lyon 1
  58. Viviane Youx, présidente de l’Association française pour l’enseignement du français, directrice de publication du Français Aujourd’hui.

 

[1] http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/04/11042018Article636590275123867928.aspx

[2] https://aoc.media/opinion/2018/07/11/de-lutilisation-opportuniste-rumeurs-programmes-scolaires/

[3] http://videos.assemblee-nationale.fr/video.5443180_5a68424513250.commission-des-affaires-culturelles–mme-souad-ayada-pdte-du-conseil-superieur-des-programmes-24-janvier-2018

[4] Trois membres du CSP ont vivement réagi à ses propos dans Le Point : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/07/05072018Article636663733456967939.aspx#.W0vHrHGrV3s

[5] Michel Lussault, universitaire, a démissionné face aux prises de position du ministre. La présidente du CSP n’est pas chercheure, ni universitaire : professeure de philosophie dans le secondaire, elle est devenue inspectrice générale de l’éducation nationale. Elle n’a aucune formation en sciences du langage.

 

Actualités récentes