Pas de breton ni d’occitan à l’agrégation de 2019

Publié le 14 juillet 2018

(Reçu le 14.07.2018 de Marie-Jeanne Verny)

La nouvelle est tombée mercredi, discrètement, à la faveur de la publication des programmes : il y aura à la session 2019 le basque, le catalan et le corse.

Pour le bureau de la FELCO, cela n’a pas été une surprise totale car le bruit courait qu’il y aurait en 2019 une session pour le basque et le catalan qui n’étaient pas concernés en 2018 et qu’une seule des trois langues de la session 2018 (breton, corse, occitan) demeurerait.

C’est pour ça que tout en dénonçant le scandale du poste unique à la session 2018, nous n’avons cessé de nous mobiliser : audiences et courriers au ministère, lettres aux élus (la dernière le 8 juillet) pour obtenir une session 2019 avec un nombre de postes décent.

Avec des arguments multiples :

-Le nombre de départements de l’espace occitan

-Le nombre important d’inscrits en 2018

-Le nombre important de présents aux épreuves écrites

-Les excellents résultats obtenus par les candidats qui n’ont pas été reçus au concours à cause du nombre de postes

Le Ministère est resté sourd et muet ! Quant à nous, et même si nous l’avions envisagé, nous avons accusé le coup de cette nouvelle :

-Mépris des candidats de la session 2018 qui auraient pu, sur leur lancée, réinvestir le travail de préparation

-Mépris des formateurs qui se sont impliqués dans des conditions difficiles pour préparer au mieux les candidats

-Mépris des Universités de Toulouse et Montpellier qui ont mis des moyens dans la préparation : heures payées pour le montage administratif et pédagogique, les séances de formation, les journées d’étude, les séminaires, la correction des devoirs, l’organisation de simulations d’épreuves…°

Nous ajouterons, dans le cadre de la convention de partenariat qui lie l’Université Paul-Valéry avec le CIRDOC, la mise à disposition d’un espace numérique mutualisé en libre accès pour toutes les langues de France, ont étaient déposées des ressources pour préparer l’épreuve commune, proposées par des collègues de plusieurs langues régionales…

Ajoutons à ce mépris la manière cynique qu’a le ministère de tenter la division entre les langues alors que tous les universitaires du jury de l’agrégation de langues de France avaient signé une motion demandant que toutes les langues soient concernées par la session 2019 et alors que la section 73 du CNU avait demandé la même chose. D’ailleurs sa tentative est vaine : au nom de la Collectivité Territoriale de Corse, nous avons reçu un message du conseiller Xavier Luciani dont nous reprenons un extrait : « je tiens à vous faire savoir ma déception quant au prochain concours externe de l’agrégation. Ma stupéfaction a été grande de constater le tri cynique dont avaient fait l’objet les langues choisies pour le premier concours. A mes yeux, toutes doivent bénéficier du recrutement d’au moins un lauréat par an. Cela ne me semble pas négociable et nous avons intérêt à signifier notre solidarité face à un gouvernement dont les choix ne laissent pas de surprendre et le cynisme de confondre et d’atterrer. Soyez assuré de ma solidarité, à travers ma voix de celle du Conseil exécutif et, plus largement, du peuple corse qu’il représente démocratiquement. »

Pour la FELCO, il n’est pas question de se taire. Dès que la nouvelle a été connue, le bureau a écrit aux parlementaires occitans et bretons : http://www.felco-creo.org/1713-2/. Nous vous demandons de relayer, rapidement, avant la fin de la session parlementaire, cette lettre auprès des parlementaires de votre département. Nous avons aussi écrit au Ministre : http://www.felco-creo.org/12-07-18-lettre-au-ministre-pas-doccitan-a-la-session-2019-de-lagregation-langues-regionales/. Nous avons aussi écrit aux syndicats et nous vous demandons de faire suivre dans le vôtre : vous pouvez lui transmettre notre lettre au Ministre pour information.

Merci de diffuser.

(M.A.)

 

 

Actualités récentes